Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/05/2016

Courrier aux 20 Maires d'Arrondissements

La PEEP Paris
UPé15 - association de représentants de parents d'élèves de listes indépendantes du 15ème
Les représentants des parents d'élèves des listes FCPE du 5ème
Les représentants des listes indépendantes du 5ème


Mesdames, Messieurs les Maires d’arrondissement,


Nous vous faisons part de l’opposition des parents d’élèves à la réforme de la restauration scolaire
que la Ville de Paris met en place.
Cette réforme trouve son origine dans les disparités de gestion existant aujourd’hui entre les caisses
des écoles, qu’il s’agisse de qualité des repas ou de gestion financière. Ce constat exige un
renforcement de la rigueur de gestion des caisses et de la qualité des repas servis aux enfants mais il
n’impose pas de dessaisir toutes les caisses des écoles des 20 arrondissements de Paris de la
restauration scolaire.
Ce constat n’impose pas de créer et de confier à un 21ème établissement public la passation de
marchés pour les 22 millions de repas par an servis aux écoliers et collégiens de Paris.
En pratique, cette réforme aura un coût important et inutile pour les parisiens ; en outre, elle ne
garantit aucune réelle amélioration de la qualité des repas pour les enfants.
Concernant en premier lieu la qualité des repas, la Ville ne donne aucune précision et n’offre
aux parents parisiens aucune garantie.
S’agissant d’abord de la qualité des produits, la Ville se fixe pour objectif « d’atteindre une part
minimale de 50 % d’alimentation bio ou durable pour les produits servis dans l’assiette à l’horizon
2020 ». Cet objectif est flou et, malgré la récurrence de nos demandes, la Ville n’en a pas précisé le
contenu. Elle ne se prononce pas non plus sur le contenu des assiettes des enfants avant 2020.
Certes, le label BIO est un signe d'identification de la qualité et de l'origine des produits agricoles
mais la Ville n’a ni défini ni précisé quelle garantie de qualité offre un produit « durable ». Elle n’a
pas non plus précisé, dans ces 50%, quelle sera la part du BIO et comment cette part sera calculée.
Enfin, rien n’est dit de la provenance de ce durable et de sa traçabilité.
La Ville entend, en outre, garantir « une équité de traitement et permettre à tous les enfants de
bénéficier de repas de grande qualité quel que soit l’arrondissement dans lequel ils mangent ». Dans
le même temps, par courrier et dans une interview sur France Inter, Mme Cordebard ont garanti une
absence de régression sur la part minimale d’alimentation BIO dans les arrondissements qui sont
déjà au-delà.
Aux termes de la réforme, l’égalité de traitement des enfants sera donc une égalité à deux vitesses.
Elle consistera à servir aux enfants des arrondissements actuellement les moins bien approvisionnés
un minimum de 50% de produits « durables » dont on ignore la qualité, quand les enfants des
arrondissements actuellement les mieux approvisionnés bénéficieront toujours de 65% ou plus de
produits BIO. La réforme n’assure donc aucune égalité de traitement des enfants.
Interrogée sur ce point, la Ville n’a pas expliqué ce qui justifie cette nouvelle inégalité et ce qui fait
obstacle à ce que tous enfants de tous les arrondissements de Paris bénéficient enfin d’une part
minimum de 65% de produits BIO dans leurs assiettes.
La Ville assure enfin que les petits producteurs BIO qui fournissent actuellement certaines caisses
des écoles « pourront continuer à accéder aux marchés de l’établissement public ». Aucun doute
n’existe pourtant sur la liberté de ces producteurs à être soumissionnaires des futurs marchés. En
revanche, tous les doutes persistent sur l’aptitude de petits producteurs BIO locaux français à
devenir adjudicataires des marchés que passera le 21ème établissement pour fournir 22 millions de
repas/an et sur la volonté réelle de cet établissement à passer des marchés avec de petits
producteurs. La Ville évoque des allotissements sans en préciser le nombre et le contenu. Dans le
même temps, la plaquette de sa réforme prend pour modèle un arrondissement qui est actuellement
fourni par une filiale de Sodexo pour un prix de revient bien supérieur à celui que permettent des
marchés passés avec des producteurs BIO locaux français.
S’agissant ensuite des modes de préparation des repas, la Ville prévoit que « la diversité des modes
de production [sera] préservée ». Aucun chiffre n’accompagne cette assertion. Rien ne garantit donc
que les 80 % de cuisine sur place existant actuellement seront préservés. En outre, malgré un
objectif affiché d’amélioration de la qualité des repas, aucun rétablissement des cuisines sur place
n’est prévu pour les écoles qui sont aujourd’hui en liaison froide avec une cuisine centrale.
Il existe pourtant une corrélation entre la qualité des repas servis aux enfants et le mode de
préparation retenu. Un repas cuisiné la veille dans une cuisine centrale et réchauffé à l’école ne peut
équivaloir à un repas fabriqué le jour même dans une cuisine attenante au réfectoire.
Concernant en second lieu le coût de la réforme, la Ville ne donne aucun chiffre.
Pourtant, la création d’un nouvel établissement public en charge de la restauration de tout Paris
gérant la fourniture de 22 millions de repas/an nécessitera, a minima, la nomination de nouveaux
agents, la création d’antennes de ce nouvel établissement dans chaque arrondissement et une reprise
de l’ensemble des équipements de restauration qui sont aujourd’hui la propriété des caisses des
écoles.
Tous ces frais pèseront inutilement sur les parisiens alors qu’ils disposent déjà de 20 caisses des
écoles dotées d’équipements amortis et que ces caisses continueront, en tout état de cause, à exister
en plus du 21ème établissement en vertu des prescriptions législatives en vigueur.
En espérant que vous défendrez les intérêts, le bien-être et la santé des enfants de vos concitoyens
en vous opposant à cette réforme, nous vous prions de croire, Mesdames, Messieurs les maires, à
l’assurance de notre respectueuse considération.
#sauvemacantine

02/05/2016

NON à la destruction de nos Caisses des Ecoles !

La Mairie de Paris à décidé comme toujours et sans véritable concertation de supprimer la particularité de notre Caisse des Ecoles:

- Adieu les produits frais préparés et cuisinés sur place !!!

retrouvez sur le site sauvemacantine.fr tout notre dossier

 

MOBILISONS-NOUS !

NON A LA MALBOUFFE

Merci de signer la pétition en ligne : http://sauvemacantine.fr/

10/01/2014

Compte-rendu du conseil d'école Lacordaire Elémentaire 14/11/13

Pour accéder au compte-rendu merci de cliquer sur le lien: CR_CE_14-11-13[1].pdf

20/06/2013

Ecole Elémentaire Lacordaire Conseil d'Ecole du 11 juin 2013

Bonne Lecture...

Pour accéder au compte-rendu merci de cliquer sur le lien

CRCE_11-06-13.pdf

17/06/2013

Ecole Elémentaire Lacordaire Conseil d'Ecole du 19 mars 2013

Bonne Lecture...

Pour accéder au compte-rendu merci de cliquer sur le lien

CRCE 19-03-13.pdf

27/02/2013

Rythmes Scolaires Réunion du 27 février à la Mairie de Paris

Bonsoir à tous,

De retour de la réunion avec Madame Hidalgo, Madame Brosselle dans une salle comble : directrices et directeurs du XVème, représentants de parents d'élèves, PEEP, FCPE, indépendants UPé 15, et représentants du Maire de Paris ! Il n'y avait "que" le XVème arrondissement puisque, dixit Anne Hidalho, "la Mairie du XV n'a organisé aucune réunion"...

Donc, il y eut trois phases de questions - réponses, surtout des questions très pertinentes et des réponses très décevantes et inquiétantes.

Le seul point notable est la confirmation que la pause méridienne ne sera pas concernée par la réforme des rythmes scolaires !

Sinon, Mesdames Hidalgo et Brosselle nous demandent de signer un blanc seing !!!! Que la réforme passe et on verra comment la mettre en oeuvre après. L'ambiance dans la salle était à la contestation.

La réforme sera votée par le Conseil de Paris les 25 et 26 mars : à suivre !

Grosso modo, le mercredi semble considéré comme la solution bien que le samedi reste possible en théorie ! Ce choix est du ressort du recteur.
- Option 1 : 1 heure de périscolaire de 15 h 30 à 16 h 30
- Option 2 : 1 h 30 de périscolaire sur deux demi-journées, par exemple mardi et vendredi.

La mairie va recenser les possibilités de locaux des groupes scolaires !!!!! ainsi que les locaux à proximité : conservatoires, théâtres, etc, mais il serait bien de faire appel à des bénévoles, des associations !

Toutes les activités seront gratuites, bien sûr. Ce nouveau temps périscolaire ne sera pas obligatoire.

Certains directeurs estiment à 3000 le nombre de personnes nécessaires pour les 660 écoles de Paris. Or, Madame Hidalgo et Madame Brosselle sont en train d'en recruter 1000 ! Grosse querelle de chiffres et de sérieux des évaluations du côté de la ville de Paris ! Un directeur a fait remarquer qu'au concours de mars, il n'y a que 40 postes proposés !!!! Les autres seraient déjà des animateurs précaires en voie de déprécarisation ! Toutes ces réformes ayant déjà été votées avant la réforme.

Madame Brosselle a beaucoup insisté sur la nécessité de pouvoir décliner l'application de cette réforme localement par école ou groupes de 2 à 3 écoles.

Elle a insisté sur le fait que le XV ème a une vraie pression démographique et qu'à Paris 87 % des mères travaillent, ce qui n'était pas dit sur un ton neutre mais plutôt problématique !!!!! On a cru rêver !

Un chiffre : actuellement sur 137 000 élèves, 25 000 fréquentent les Ateliers Bleus.

Les AVS continueront sur la journée avec l'enfant dont elle s'occupent, en enchaînant sur le service de la cantine par exemple.


En conclusion, nous pourrions proposer aux parents de signer une pétition, ou de trouver des moyens d'agir. Le problème étant que les dates de vacances scolaires ne jouent pas en notre faveur.

Madame Brosselle a tout de même dit que "cette réforme ne lui convenait pas" !!! qu'une vraie question était l'enchaînement avec le goûter, à laquelle elle réfléchissait. Que ce projet coûterait beaucoup plus cher que prévu, c'était certain !"

Et beaucoup de questions très intéressantes des directeurs et directrices ont eu des réponses évasives. La Mairie prend note et réfléchit ... !

18:07 Publié dans Rythmes Scolaires | Commentaires (0)

21/12/2012

Compte-rendu du Conseil d'Ecole du 20 novembre 2012

Logo UPé 15 Lacordaire.JPG

 

Merci à l'équipe de l'Ecole Elémentaire Lacordaire.

 

 

En cliquant sur le lien ci-dessous vous pourrez lire leur

 

 

Compte-rendu du Conseil d'Ecole

 

 

qui s'est déroulé le

 

 

20 novembre 2012.

 

 

Bonne lecture

 

CRCE20-11-2012.pdf

31/08/2012

Compte-rendu du Conseil d'Ecole du 12.06.2012

 

Logo UPé 15 Lacordaire.JPG

 

Merci à l'équipe de l'Ecole Elémentaire Lacordaire.

 

 

En cliquant sur le lien ci-dessous vous pourrez lire leur

 

 

Compte-rendu du Conseil d'Ecole

 

 

qui s'est déroulé le

 

 

16 juin 2012.

 

 

Bonne lecture

 

CRCE 12-06-12.pdf

02/04/2012

Compte-rendu du Conseil d'Ecole du 13.03.2012

 

Logo UPé 15 Lacordaire.JPG

 

Merci à l'équipe de l'Ecole Elémentaire Lacordaire.

 

 

En cliquant sur le lien ci-dessous vous pourrez lire leur

 

 

Compte-rendu du Conseil d'Ecole

 

 

qui s'est déroulé le

 

 

13 mars 2012.

 

 

Bonne lecture

 

CRCE 13-03-12.pdf

23/03/2012

Compte-rendu du Conseil d'Ecole du 15.11.2011

 

Logo UPé 15 Lacordaire.JPG

 

Merci à l'équipe de l'Ecole Elémentaire Lacordaire.

 

 

En cliquant sur le lien ci-dessous vous pourrez lire leur

 

 

Compte-rendu du Conseil d'Ecole

 

 

qui s'est déroulé le

 

 

15 novembre 2011.

 

 

Bonne lecture

 

 CR CE 15-11-11.pdf